ON.

C'est par là que tout commence, c'est par là que tout transite. Le premier geste, c'est de l'allumer. Up. Online. Ca y est, je suis sur la toile.

Le routeur, c'est cette petite boite metallique, reliée par deux, trois ou quatres câbles à d'autre boites comme elle, en d'autres lieux du globe. Le routeur, c'est ce qui relie deux réseaux. Le mien, et tous les autres. Le routeur, c'est la brique de base, le neurone de la toile Internet.

Le plus simple de tous les routeurs, c'est la petite boite ADSL fournie par Wanadoo, reliée au port USB de l'ordinateur familial. Le truc qui clignote quand l'"accès est coupé". Il prend les données à droite, et les envoie à gauche.

Avant la boite ADSL, il y avait le modem, couplé à l'ordinateur familial. Mais ça, le "RTC" comme on dit, ce n'est plus d'actualité. On ne fait plus passer les données sur le tuyau du téléphone, on fait passer le téléphone sur le tuyau des données.

Les gros routeurs, ce sont des boites pleines de cartes, de diodes, et tout dégoulinants de câbles. "Fond de panier", "cartes d'interco", "modules fibre", le tout dans une "baie" d'hébergement. Plutot Marseille que Cancale, la baie. Pour faire passer toutes ces données, il faut en produire de l'énergie... et dissiper autant de chaleur.

Ses diodes vibrent au gré des informations qu'il laisse passer. Pour prendre son pouls, il suffit de les regarder. Sa bonne température, c'est 37.5°C. En dessous, on se demande ce qui lui arrive ; au dessus, on commence à se demander comment le refroidir...