Machine HAL aver ? A propos de la "Blogosphère", et de la dérive des blogs commerciaux :Vu la tournure que prend le phénomène, ce ne sont pas les "blogeois" qui sont décalés mais nous. Et je ne suis pas optimiste pour l'avenir. / AURORA

Il y a déjà 25 ans, sur de grands réseaux américains, reliés entre eux par un "ARPANET" qui deviendra "INTERNET", a été implanté un service de fora, dénommé Usenet. Les Newsgroups. C'est le début de la diffusion grand publics de services, sur un grand réseau global. Gopher (ou ce proxy, pour les surfeurs "proxy-isés"), un service de diffusion de textes, usenet, donc, puis le "world wide web" ( http:// ).

Tous ces services avaient un double objectif :

  • mettre en commun les expériences de grands organismes, universités, entreprises, pour que tous puissent en profiter au sein du grand réseau ;
  • mettre à disposition du public les connaissances d'étudiants, thésards, chercheurs, puis d'abonnés au réseau (via CompuServe, par exemple).

Le partage était le mot d'ordre.

Sont venus, par le biais d'organes de diffusion grand public (dont SVM, à l'époque où j'étais collégien) au grand public, la connaissance de ce réseau "underground". Modems, FAI, et abonnements à 100F (anciens euros) de l'heure. Le commerce a pris le virage.

Qu'est aujourd'hui Internet ? Un grande vitrine.

Là dessus, des idéologistes on pris sur eux, de mettre à disposition du grand public, des moyens de diffuser à nouveau de l'information. SPIP, l'un deux, permettant de construire un site WEB sans connaissances informatiques, et de monter un webzine de toutes pièces. Le BLOG, fut un autre vecteur, monté comme vous le disiez Aurora, par de petites boites motivées. U-blog, à l'époque, par exemple. Il y en a d'autres. L'entreprise commerciale à pris le virage, et on a désormais du TypePad partout. La Blogeoisie, sphère privée, contrôle le "marché" du Blog, et diffuse son contenu. La blogeoise génère son propore traffic et fait écran, empêchant le visiteur d'accéder au réel contenu. Vous et moi. Vos émois. Même si parfois, ça sent le chou et la poussière de palier.

Aujourd'hui, Internet, c'est "Flash" et "video live", "podcast" et "streaming associé". C'est aussi un grand supermarché de l'industrie, dite culturelle. Une machine HALaver les cerveaux de plus. Quelques perles tout de même, comme ces "frenchmaidtv.com" à deux, ou trois niveaux de lecture :)

Pour accroître la pression commerciale, il y a deux (parmi d'autres) moyens. Soit on maîtrise l'outil (TypePad, et on coupe le cou à U-Blog), soit on maîtrise le média (les DRM, et la transposition francaise D(M)CA américaine : DADVSI sur les "droits d'auteurs").
Ce DADVSI, dit sur les droits d'auteurs, n'a qu'un objectif. Contrôler ce que l'utilisateur final (vous) peut faire tourner sur son ordinateur si chèrement acheté, ou réparé ;)
Ce DADVSI, transposition du DMCA américain et DRM européen, est la touche finale au contrôle des flux. L'objectif : du contenu standardisé, formaté, que les utilisateurs d'AOL et spectateurs de M6 pourront ingurgiter facilement, sur leur temps de cerveau humain disponible. Ne pas les perturber par des parasites, qui auraient le bon goût d'en avoir, justement, du goût. Après le lavage, l'essorage.

Vous, Je, Nous en faisons partie, de ces parasites "sipides".

Alors, oui, la blogeoisie a déjà gagné cette manche. Mais le nouveau "champ de bataille" est ailleurs. C'est maintenant le droit à lire l'information que l'on souhaîte, qui est remis en cause.

Pour ce qui est des outils, il y a et aura toujours de l'espoir. Tant qu'il y en aura la possibilité, ie. le droit, on trouvera toujours des gens motivés pour en mettre à disposition.

Références :
- Brazil ( Terry Gillian )
- Fareneiht 451 ( Ray Bradbury )
- 1984 ( George Orwell )

C'est aujourd'hui.(c) Merci à Susan A. Kitchens et Stanley Kubrick.